Joe Biden Institue une Interdiction d’Asile pour les Migrants Traversant Illégalement la Frontière

Le Président américain, Joe Biden, a instauré mardi une interdiction d’asile pour les migrants surpris en train de traverser illégalement la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Cette mesure, entrant en vigueur immédiatement après minuit, marque un tournant majeur dans la politique migratoire à l’approche des élections de novembre, où Biden affrontera le républicain Donald Trump.

Expulsions Rapides et Exceptions Humanitaires

Selon le département américain de la Sécurité intérieure, les migrants interceptés seront rapidement expulsés ou refoulés vers le Mexique. Toutefois, des exceptions sont prévues pour les enfants non accompagnés, les personnes souffrant de graves menaces médicales ou de sécurité, et les victimes de trafic humain.

Une Approche Plus Dure en Matière de Sécurité aux Frontières

Biden, élu en 2021 avec la promesse d’assouplir certaines politiques migratoires restrictives de Trump, se retrouve confronté à des niveaux records de passages illégaux. Lors d’une conférence de presse, il a souligné que les demandeurs d’asile pourraient toujours utiliser l’application CBP One pour obtenir un rendez-vous ou emprunter d’autres voies légales.

« Cette action nous aidera à prendre le contrôle de notre frontière et à rétablir l’ordre dans le processus », a déclaré Biden. L’interdiction restera en vigueur jusqu’à ce que les tentatives de passage illégal diminuent à un niveau gérable par le système américain.

Défis et Critiques

L’interdiction survient alors que le nombre d’arrestations à la frontière dépasse en moyenne 2 500 par jour. Les responsables précisent que l’interdiction sera levée lorsque les arrestations tomberont en dessous d’une moyenne de 1 500 par jour pendant trois semaines, un seuil atteint pour la dernière fois en juillet 2020, pendant la pandémie de COVID-19.

L’implémentation rapide de cette mesure soulève des questions, notamment sur la capacité des États-Unis à expulser rapidement les migrants de pays lointains et la coopération du Mexique concernant l’accueil des non-mexicains.

Réactions Politiques

Les nouvelles restrictions, similaires à celles de Trump, ont été critiquées de part et d’autre de l’échiquier politique. L’Union américaine des libertés civiles prévoit une action en justice contre ces restrictions, les accusant de violer les obligations légales des États-Unis envers les demandeurs d’asile.

Du côté républicain, les critiques soulignent que ces mesures sont politiquement motivées et insuffisantes. La campagne de Trump a également publié une déclaration critiquant Biden pour les niveaux élevés d’immigration illégale et pour avoir exempté les mineurs non accompagnés, ce qui, selon eux, encouragerait le trafic d’enfants.

Pressions et Perspectives

Malgré ses efforts pour renforcer la sécurité aux frontières, Biden n’a pas réussi à faire adopter un projet de loi au Sénat. En attendant, l’administration a durci les procédures d’asile, notamment avec un règlement en mai 2023 qui a augmenté les normes pour les premières demandes d’asile.

La victoire de Claudia Sheinbaum, première femme présidente du Mexique, pourrait intensifier la pression pour limiter les passages illégaux. Enrique Lucero, directeur des affaires des migrants à Tijuana, avertit que les nouvelles mesures pourraient submerger les refuges pour migrants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d