Cette semaine, Haïti a été secouée par une escalade de violence sans précédent, marquant un sombre tournant dans la situation sécuritaire du pays. Cette flambée de violence intervient alors que le premier ministre Ariel Henry s’est rendu au Kenya pour finaliser les derniers détails permettant le déploiement de soldats kényans sous l’égide des Nations Unies pour combattre les gangs en Haïti. Cette initiative vise à répondre à la menace croissante que représentent les gangs pour la sécurité et la stabilité du pays.

Dans une tentative désespérée d’empêcher le départ du premier ministre haïtien, les gangs ont coordonné des attaques contre l’aéroport Toussaint Louverture, visant à perturber les vols et à semer le chaos. Ces attaques ont même touché un avion, mettant en danger la vie des passagers et du personnel aéroportuaire. En outre, les gangs ont mené des attaques simultanées contre plusieurs institutions, notamment des commissariats, dans le but de déstabiliser davantage le pays et d’affaiblir les forces de l’ordre.

Appel à la population : Face à cette situation critique, le chef de gang G9 bien connu sous le nom de Barbecue anciennement policier, a lancé un appel à la population pour rester calme. Il a affirmé que leur objectif était de libérer Haïti de ses mauvais dirigeants, suggérant ainsi une volonté de s’opposer au gouvernement actuel. Cette déclaration soulève des préoccupations quant à la capacité du gouvernement à maintenir l’ordre et à assurer la sécurité de ses citoyens dans un climat de violence croissante.


Les vidéos qui circulent sur internet révèlent un aspect alarmant de la montée en puissance des gangs en Haïti : leur adoption croissante de technologies sophistiquées pour planifier et exécuter leurs opérations criminelles. Ces vidéos mettent en lumière l’utilisation de méthodes et d’outils avancés, tels que des drones, des armes à feu de haute précision, des communications cryptées, qui permettent aux gangs de mener leurs attaques avec une efficacité redoutable.

Les images montrent des opérations soigneusement planifiées, avec une coordination minutieuse entre les membres des gangs, utilisant des tactiques de guérilla urbaine et des techniques de contre-surveillance pour échapper aux forces de l’ordre. L’utilisation de drones pour la reconnaissance et la surveillance, ainsi que pour la diffusion de vidéos de propagande, démontre la sophistication croissante des capacités des gangs en matière de renseignement et de communication.

Ces technologies avancées offrent aux gangs un avantage considérable sur les forces de l’ordre locales, souvent mal équipées et dépassées par la complexité des menaces auxquelles elles sont confrontées. En exploitant ces outils modernes, les gangs parviennent à étendre leur influence et leur contrôle sur des territoires entiers, tout en sapant les efforts des autorités pour rétablir l’ordre et la sécurité.

Entre Stratégie et la revolte des gangs : Les gangs en Haïti ont adopté une stratégie de confrontation indirecte face à l’arrivée imminente des soldats étrangers sous mandat des Nations Unies. Plutôt que de se confronter ouvertement à ces forces étrangères, les gangs ont choisi de concentrer leurs attaques sur les institutions nationales et le gouvernement en place, en particulier le Premier ministre Ariel Henry.

Cette stratégie démontre leur compréhension de la menace que représentent les forces internationales pour leurs activités criminelles. Plutôt que de risquer une confrontation directe avec des soldats mieux équipés et formés, les gangs cherchent à saper la légitimité du gouvernement et à perturber son fonctionnement. En éliminant ou en affaiblissant le leadership politique, ils espèrent maintenir leur contrôle sur les zones qu’ils dominent et continuer leurs activités criminelles sans entrave.

Cette approche met également en lumière les enjeux politiques sous-jacents de la violence en Haïti. Les gangs exploitent les divisions politiques et sociales pour atteindre leurs objectifs, profitant des frustrations généralisées de la population à l’égard du gouvernement actuel. Leur capacité à mobiliser des ressources et à coordonner des attaques sophistiquées montre leur influence et leur pouvoir dans certains quartiers et communautés, exacerbant ainsi l’instabilité et la violence dans le pays.

Ariel Henry et la méfiance de la population : Depuis son accession au poste de Premier ministre, Ariel Henry fait face à une vague croissante de mécontentement et de méfiance de la part d’une partie significative de la population haïtienne. Cette méfiance découle en grande partie de sa gestion contestée du pays, qui s’est rapidement compliquée après la mort tragique du président Jovenel Moïse.

La mort de Moïse a plongé le pays dans une période de crise politique et d’incertitude, exacerbant les tensions déjà existantes au sein de la société haïtienne. Dans ce contexte tumultueux, la population attendait des mesures décisives de la part du gouvernement pour restaurer la stabilité et la confiance dans les institutions démocratiques du pays.

Cependant, les critiques se sont multipliées à l’égard d’Ariel Henry, l’accusant de ne pas avoir réussi à relever ces défis de manière efficace. En particulier, sa gestion contestée de l’organisation d’élections libres et équitables, cruciales pour doter le pays d’un gouvernement légitime, a suscité de vives critiques et a renforcé les soupçons à son égard.

Le retard et les disfonctionnements dans le processus électoral ont alimenté les craintes selon lesquelles le gouvernement actuel manquerait de volonté politique pour garantir la tenue d’élections transparentes et démocratiques. Cette perception de manque de légitimité et de transparence a sapé la confiance de la population dans les institutions gouvernementales et a exacerbé les tensions déjà présentes dans la société.

Les forces étrangères et les conséquences désastreuses de la mission de l’ONU : L’intervention des forces étrangères en Haïti, notamment à travers la mission de l’ONU connue sous le nom de MINUSTHA, a laissé des souvenirs douloureux et des conséquences dévastatrices pour la population haïtienne. En effet, la mission de maintien de la paix de l’ONU a été responsable de l’introduction de l’épidémie de choléra en Haïti.

L’épidémie de choléra, une maladie grave et potentiellement mortelle, a éclaté en 2010 et a rapidement pris des proportions catastrophiques, causant des milliers de décès et laissant de nombreuses familles endeuillées. Les enquêtes ultérieures ont révélé que la souche de choléra présente en Haïti correspondait génétiquement à celle présente en Asie du Sud, où des soldats népalais de la MINUSTHA étaient en mission.

La tragédie du choléra a laissé des séquelles profondes dans la mémoire collective haïtienne et la mission elle même laissant derrière elle de nombreux enfants sans père. Cette expérience douloureuse a renforcé les sentiments de méfiance et de résistance à toute forme d’intervention étrangère d’opérations de maintien de la paix dans le pays.

Les politiciens et l’impasse d’un consensus : Malheureusement, les politiciens haïtiens semblent souvent plus préoccupés par leurs intérêts personnels ou partisans que par le bien-être du peuple haïtien dans son ensemble. Le manque de volonté politique pour parvenir à un consensus gagnant-gagnant et dans l’intérêt supérieur du pays a entravé les efforts visant à résoudre la crise actuelle.

Les divisions politiques et les querelles partisanes ont paralysé le processus décisionnel et ont empêché la mise en œuvre de réformes cruciales pour répondre aux défis urgents auxquels est confronté le pays. Les politiciens, plutôt que de travailler ensemble pour trouver des solutions, se livrent souvent à des luttes de pouvoir et à des manœuvres politiques qui ne font qu’aggraver la crise.

Cette absence de consensus politique a conduit à une paralysie gouvernementale, rendant difficile la prise de mesures efficaces pour restaurer la sécurité, la stabilité et la confiance dans les institutions démocratiques. En l’absence d’une vision commune et d’un leadership fort, les politiciens haïtiens risquent de compromettre davantage l’avenir du pays et de prolonger la souffrance de la population.

Conclusion : La crise actuelle en Haïti est complexe et multifactorielle, caractérisée par une violence endémique, une instabilité politique chronique, une méfiance généralisée envers le gouvernement et les forces étrangères. Face à cette situation désastreuse, les défis auxquels le pays est confronté sont nombreux et complexes, nécessitant une approche réfléchie et concertée pour trouver des solutions durables.

Pour sortir Haïti de sa crise actuelle, il est impératif d’adopter une approche globale et coordonnée, prenant en compte les défis complexes auxquels le pays est confronté. Voici quelques mesures clés qui pourraient être envisagées :

  1. Renforcer les institutions nationales : Investir dans les forces de l’ordre et les capacités de sécurité nationales pour lutter efficacement contre la criminalité organisée, y compris les gangs, et restaurer l’autorité de l’État.
  2. Promouvoir la justice sociale et économique : Mettre en œuvre des politiques visant à réduire les inégalités économiques, à créer des opportunités d’emploi et à fournir des services de base tels que l’éducation et la santé pour tous les citoyens.
  3. Favoriser le dialogue et le consensus politique : Encourager les politiciens haïtiens à mettre de côté leurs différends partisans et à s’engager dans un dialogue constructif pour trouver des solutions durables aux problèmes du pays.
  4. Renforcer la coopération internationale : Collaborer avec la communauté internationale pour soutenir les efforts de stabilisation, de développement et de reconstruction en Haïti, tout en respectant la souveraineté nationale et les priorités du gouvernement haïtien.
  5. Impliquer la société civile : Donner une voix et un rôle significatif à la société civile haïtienne dans le processus de prise de décision, en garantissant la participation active des citoyens à la construction de leur propre avenir.

En combinant ces mesures avec un engagement sincère, une volonté politique forte et une coopération internationale efficace, il est possible de surmonter les défis actuels et de créer un Haïti plus stable, juste et prospère pour tous ses citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d